Blog Ville de Netanya

24 mars 2017

© Metula News Agency L’analyse de Stéphane Juffa, au micro de Jim Mosko, pour Bruxelles-Métula sur Radio Judaïca https://you

 

Bruxelles-Metula du 27 mars 2017 (012703/17) [Analyse radiophonique]

© Metula News Agency

 

L’analyse de Stéphane Juffa, au micro de Jim Mosko, pour Bruxelles-Métula sur Radio Judaïca https://youtu.be/8ojXp3tA2RI (Youtube)

 

Au sommaire de cette semaine :

 

1. La commémoration du génocide des Tutsis en 1994 : le devoir de mémoire, c’est avant tout nommer les victimes et les assassins. La responsabilité terrifiante de la France dévoilée par la Ména, le rôle de la Belgique et le sort du Père Theunis, qui a incité au génocide.

 

2. Jason Greenblatt, l’envoyé de Donald Trump, exige de Binyamin Netanyahu un blocage total des implantations en dehors des trois blocs envisagés. Netanyahu en délicatesse avec sa coalition. Comment refuser lorsque les trois personnes chargées du dossier par le président américain sont des Juifs sionistes et pratiquants. Un piège tendu par Trump ? Le compromis qui pavera la voie à un accord ?

 

3. Terrorisme : débat avec un député écologiste belge. Tous les musulmans ne sont pas terroristes, mais tous les terroristes sont musulmans. Impossible de ne pas considérer cette équation si l’on ne veut pas remplir les cimetières européens. Le terrorisme islamique est l’ennemi auto-désigné ; ne pas le dire ou le combattre, c’est préparer le prochain attentat. On sait quand il aura lieu : très bientôt.

 

4. Le match de ce soir à Gijon d’Israël face à l’Espagne : seul un miracle… Dans une ambiance de ville en état de siège.

 

Metula News

Posté par ewilliam à 19:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


22 mars 2017

Vive tension militaire entre Israël et la Russie [Analyse] - Ména -
MA
Metula News Agency
 
|
lun. 20/03, 19:22
Vous
Boîte de réception
Vous recevez trop de messages de Metula News Agency ? Vous pouvez annuler votre abonnement

 

Metula News

Agency ©

 

La na est une agence d’analyse, de ré-information et de reportage de proximité

Copyright © 2017 Metula News Agency – Informations utiles en fin d’article

 

Nul n'a le privilège de toujours se tromper (Voltaire)

 

Pour s’acquitter du paiement de son abonnement à la na, cliquez [ICI]

 

Vive tension militaire entre Israël et la Russie (info # 012003/17) [Analyse]

Par Stéphane Juffa © Metula News Agency

 

Rien ne colle au sujet des divers narratifs ayant suivi les raids aériens conduits en Syrie par le Khe’l Avir dans la nuit de jeudi à vendredi derniers. De plus, la situation ne cessant de s’envenimer depuis lors, et les déclarations bellicistes faisant florès, cela amène les experts en stratégie de la Ména à faire des heures supplémentaires afin d’essayer d’y voir clair et de remplir ainsi notre fonction. Si cela ne suffisait pas, tout indique que le torchon brûle entre Moscou et Jérusalem, et qu’un affrontement limité entre les deux armées devient de plus en plus probable ; il est même possible qu’il ait déjà eu lieu.

 

Pourtant, M. Netanyahu était dans la capitale russe la semaine dernière pour y rencontrer M. Poutine et à l’issue de leur entretien, les choses paraissaient sous contrôle. Mais le Tsarévitch et son équipe dirigeante figurent parmi les gouvernements les moins fiables de la planète, ce que nous ont confirmé de vive voix la plupart des représentants des Etats occidentaux que nous côtoyons. Vladimir Poutine est capable de négocier une entente avec vous, un sourire chaleureux aux lèvres, pendant que, dans une autre salle, Lavrov est en train de préparer la livraison d’avions de chasse et de systèmes de missiles avec l’Iran ou la Syrie.

 

Commençons par décrire ce qui nous interpelle à propos du raid de vendredi. Nous n’avons que l’embarras du choix. Lors des opérations aériennes précédentes, l’Aviation israélienne avait tiré des missiles air-sol à bonne distance de ses cibles, le plus souvent à partir du Liban ou à la lisière de ce pays avec la Syrie, et les résultats ont chaque fois été parfaits.

 

 

 

Deux F-16 surmontés d’un F-15

 

Pourquoi, dans ces conditions, cette fois-ci, les appareils hébreux ont-ils profondément pénétré dans l’espace aérien des al Assad ? Quel objectif était suffisamment important et ne pouvait être détruit par les missiles pour justifier qu’on risquât la vie des équipages ?

 

D’autre part, dans les heures qui suivent les raids aériens de Tsahal, le chef de la Ména libanaise, Michaël Béhé, est toujours en mesure de décrire avec précision, le plus souvent avec photos et vidéos à l’appui, les cibles qui ont été visées. Béhé, grâce au réseau d’informateurs qu’il a développé dans la Beqaa libanaise et dans la région élargie de Damas, parvient chaque fois à obtenir des comptes rendus de témoins oculaires. Or cette fois-ci, néant. C’est à peine si ses contacts ont fait état de violentes explosions, mais sans parvenir à les situer géographiquement, ce qui signifie qu’elles ne se sont pas produites dans la zone de Damas et sa grande banlieue.

 

Jusqu’à maintenant, l’on sait, par l’intermédiaire du porte-parole de Tsahal uniquement, que plusieurs objectifs ont été attaqués, et que cela concernait des livraisons d’armes sophistiquées au Hezbollah, mais lesquels ?

 

Et pourquoi le porte-parole de l’Armée s’est-il fendu d’un communiqué alors que, depuis des années, il se refuse obstinément à commenter ce qui se déroule au-delà de nos frontières ? Nous lui avons naturellement posé la question, mais il n’a pas souhaité nous répondre.

 

Quid de cette histoire de missile sol-air intercepté par un Khetz au nord de Jérusalem, une information également transmise par le même porte-parole ? La totalité des confrères ont reproduit ce récit sans broncher et sans se poser de questions ; leur naïveté nous étonnera toujours.

 

Car s’il s’agit bien d’un missile S-200 ou équivalent, sa fonction, sa capacité à voler très haut, très loin et très vite – respectivement 40km, 300km et Mach 4 – le destine à intercepter un avion volant en direction de son objectif, non pas s’en éloignant. Le cas d’école étant un repérage radar d’un appareil au décollage ou se dirigeant vers sa cible ; lors, un missile de ce genre est lancé pour l’empêcher de l’atteindre. Mais les chasseurs-bombardiers à l’étoile de David se rendent plusieurs fois par jour aux confins septentrionaux d’Israël, et Damas n’a pas les moyens de savoir s’ils franchiront sa frontière ou non. Dans la logique, et si les Syriens possédaient des radars suffisamment sophistiqués pour repérer les appareils israéliens au décollage, ils devraient tirer cinquante S-200 quotidiennement et sur tout ce qui vole dans le ciel de Terre Sainte. Ce qui, à n’en point douter, occasionnerait une riposte immédiate de la taille d’une guerre, de la part des Hébreux.

 

Et, de toute façon, les radars syriens n’ont pas pu identifier ces avions sur le trajet aller, car ils volaient en rase-mottes, au point qu’ils ont failli arracher quelques tuiles du toit de la Ména. A cette altitude très inhabituelle, moins de cent mètres du sol, on n’aurait pas pu utiliser un Khetz pour abattre un missile, fait pour intercepter des objets en dehors de l’atmosphère terrestre.

 

Cette altitude de vol pose elle aussi une interrogation supplémentaire : pourquoi voler si bas ? Pourquoi réveiller en sursaut tous les habitants du Doigt de la Galilée, à Rosh Pina, Khatzor, Kiryat Shmona, Métula et sur le plateau du Golan ? Leur mission devait être réellement importante.

 

Nous avons une réponse au moins pour cette énigme : ce ne sont pas des Syriens que nos pilotes se cachaient, qui n’ont pas les capacités techniques de les voir venir, mais des Russes. Les Russes, qui disposent du système antiaérien avancé S-300, notamment embarqué sur leurs navires, dans le sud de la province de Lattaquié en Syrie.

 

Or, à Métula, on sait que les facultés de brouillage des Israéliens sont telles que les Syriens ne voient pas nos avions venir et n’ont pas même le temps de tirer des missiles sol-air lorsque leurs positions sont attaquées. Vendredi non plus, ils ne l’ont pas fait : pour protéger un site, on utilise des missiles à relativement courte portée – quelques dizaines de kilomètres au maximum -, afin de protéger les positions que l’on défend. Le but étant évidemment d’empêcher qu’elles ne soient attaquées et pas d’intervenir une fois qu’elles l’ont été.

 

Ce qui nous fait penser que les Russes et leur S-300 n’ont pas non plus vu nos appareils arriver, et qu’ils n’ont été avertis qu’une fois les frappes effectuées. Ensuite, pour marquer le coup, pour indiquer leur intention de se défendre, ils ont, soit tiré des missiles S-200 ou équivalents (il n’y a pas de grandes différences d’efficacité avec ceux, à longue portée, qui équipent le système S-300), soit ordonné aux Syriens de la faire. De toute façon, il ne fait aucun doute que des officiers russes encadrent physiquement les servants syriens des systèmes antiaériens qu’ils leur ont livrés. Tout comme il ne fait aucun doute que le régime syrien n’aurait pas lancé d’engins de ce genre sur Israël sans l’aval des officiers de Poutine.

 

Encore un fait étrange : on comprend bien que les S-200 ont été tirés en direction des appareils sur le chemin du retour, mais alors pourquoi l’interception par le Khetz a-t-elle eu lieu "au nord de Jérusalem" ? A ma connaissance – et je crois connaître tous les terrains d’aviation d’Israël – il n’existe pas d’aéroport dans cette région, pas plus qu’à proximité immédiate de la capitale de l’Etat hébreu.

 

Les avions qui ont participé à ces raids ont très probablement décollé (et atterri) de la grande base de Ramat-David, à proximité d’Afula, dans le nord du pays, à une centaine de kilomètres de Jérusalem.

 

Que faisait donc un S-200 à proximité de la capitale, à un moment où les participants au raid avaient déjà atterri ou étaient en train de le faire ? Mystère ! A notre avis, il n’a pu s’agir que d’une démonstration de force de la part de Moscou et d’un signe de sa volonté de ne plus laisser le Khe’l Avir intervenir en Syrie comme si c’était son pré carré.

 

Jean Tsadik, notre expert en armement, me fait remarquer que les S-200, ou leurs équivalents plus modernes, sont capables d’embarquer de grosses charges d’explosifs et même une petite bombe atomique, ce qui en fait une fusée qui n’est pas uniquement destinée à abattre des avions. Cequi renforce l’idée que l’intention du Kremlin consistait à envoyer un avertissement à Israël et non à tenter d’intercepter l’un de ses bombardiers.

 

Cette hypothèse se trouve encore étayée par la convocation, dès vendredi, de l’ambassadeur d’Israël à Moscou par le ministère russe des Affaires Etrangères, afin de "recevoir des explications" relativement au raid de la nuit. Sur le plan formel, cela a tout de même quelque chose de bizarre, à croire que c’est sur le territoire russe que les aéronefs hébreux sont intervenus, ou, à tout le moins, que Poutine a reçu un mandat de l’ONU pour faire le gendarme à Lattaquié, ce qui n’est pas le cas. C’est un peu comme si Jérusalem priait l’ambassadeur russe de venir s’expliquer sur l’occupation de la Crimée, de l’Abkhazie, de l’Ossétie du Nord ou de l’est de l’Ukraine. Mais le Tsarévitch foule les conventions de ses grosses bottes comme si elles n’existaient pas. A témoin, lors d’exercices en Méditerranée orientale, il avait tout simplement enjoint aux Libanais de cesser les vols commerciaux sur Beyrouth pendant 24 heures. Les Libanais avaient protesté mais avaient tout de même fermé l’aéroport Rafiq Hariri suivant la demande des Russes.

 

Et les Israéliens, tant que leur sécurité fondamentale n’est pas en danger, ont tout intérêt à ne pas affronter les Mig et les Soukhoï. Le problème étant qu’on approche de cette fameuse ligne rouge. Un ami, officier de la Marine israélienne, m’a aussi confié que plusieurs opérations en cours avaient dû être interrompues à cause de l’interposition de bâtiments de guerre russes.

 

Pour évaluer le risque de confrontation israélo-russe, il faudrait d’abord saisir ce qui s’est passé aux premières heures de vendredi dernier. Pourquoi 5 F-16 (c’est beaucoup) – Jean Tsadik, qui demeure tout près de Métula affirme qu’il en a vu 4 – assurément protégés par des F-15 en altitude, on fait du radada pour aller bombarder des cibles en Syrie. Notre hypothèse est la suivante : toutes les tentatives effectuées pour livrer des armes sophistiquées au Hezbollah à partir des aéroports de Damas se sont soldées par des attaques israéliennes qui ont non seulement détruit les chargements, mais également infligé de lourdes pertes et des dégâts conséquents à l’Armée gouvernementale.

 

Etant donné que la dotation du Hezbollah en missiles antiaériens et en missiles balistiques à courte portée participe d’une priorité élevée de l’axe Téhéran-Damas - à la fois pour contrôler le pays aux cèdres et pour, le cas échéant, ouvrir un nouveau front face à Israël -, ces deux alliés auraient changé de stratégie. A la place de faire transiter les envois par Damas, ils auraient tenté d’utiliser l’un des nombreux aéroports situés à plus d’une centaine de kilomètres au nord de la capitale. Ce faisant, ils obligeaient les Israéliens, d’une part, à exposer leur aviation loin de leurs bases, et non plus des drones ou des missiles. D’autre part, ils les forçaient à s’aventurer dans le secteur de vol réservé aux Russes d’après les traités officieux conclus entre Poutine et Netanyahu. Comme ils l’escomptaient, cela a généré de vives tensions entre eux, et forcé la main du Kremlin afin qu’il protège, contre son gré, les livraisons d’armes à la milice de Nasrallah.

 

En principe, d’après ce que nous supputons – et nous supputons pas mal, d’ordinaire – Jérusalem et Moscou se sont entendus pour que les appareils russes ne dépassent pas Damas vers le Sud, tandis que ceux du Khe’l ne franchissent pas la capitale syrienne en direction du Nord. Sauf que là, selon notre scénario, et pour maintenir la ligne stratégique impliquant qu’Israël intervient à chaque tentative de livraison de matériel sophistiqué au Hezb, Jérusalem a été contraint de contrevenir à l’accord avec Poutine, provoquant son irritation. De plus, nous sommes absolument certains que les Israéliens n’ont pas averti leurs homologues russes à l’avance de leur projet de raid. Ce, parce que nous ne le faisons jamais, même avec nos vrais alliés, afin de prévenir les fuites qui mettraient nos équipages en danger. En la matière, nous ne faisons confiance à personne.

 

Le régime syrien crie victoire. Non seulement il a annoncé avoir descendu un chasseur-bombardier arborant l’étoile à six branches et en avoir endommagé un second – s’il y a la moindre part de vérité dans cette affirmation, je suis le curé de Cucugnan, avec ou sans l’assentiment de Monsieur Daudet -, mais encore, qu’un changement radical était intervenu dans sa confrontation avec Israël.

 

Selon Bashar Jaafari, l’ambassadeur syrien aux Nations Unies, intervenant dimanche sur la télévision d’Etat, "la Russie a envoyé un message clair à Israël, lui indiquant que les règles du jeu ont changé en Syrie et que sa liberté d’action dans le ciel syrien était terminée". A en croire Jaafari, "l’ambassadeur israélien a été convoqué [au Kremlin] (…) et il lui a été catégoriquement signifié que ce jeu était terminé", ajoutant que l’utilisation de feu antiaérien contre Israël durant la nuit de jeudi dernier a modifié les règles du jeu, et que la Syrie ne resterait plus impassible face à la menace israélienne".

 

Moscou n’a pas commenté cette déclaration, mais Avigdor Lieberman en a fait une intéressante. Le ministre israélien de la Défense a ainsi précisé que "nous n’avons aucun intérêt à interférer dans la Guerre Civile syrienne, que ce soit en faveur ou contre Assad, et nous n’avons aucun intérêt à affronter les Russes. Notre problème principal concerne le transfert d’armes avancées de Syrie au Liban. C’est pour cela que chaque fois que nous identifions une tentative de contrebande d’armes qui pourraient changer les données du jeu, nous agirons pour la contrecarrer. Il n’y aura aucun compromis sur ce sujet", a insisté M. Lieberman.

 

Le ministre a complété son propos en précisant que "si Tsahal décide d’agir, il y a une bonne raison à cela", et, menaçant, "la prochaine fois, si la DCA syrienne intervient contre nos avions, nous la détruirons. Nous n’hésiterons pas, la sécurité d’Israël se situe au-dessus de tout le reste. Il n’y aura aucun compromis".

 

Nous avons principalement émis notre version des évènements par des recoupements d’informations. Reste qu’elle se trouve en adéquation avec tous les paramètres connus de cette affaire, notamment des rumeurs insistantes, stipulant que l’essentiel des frappes aériennes aurait eu lieu entre Homs et Palmyre (à 200km au nord-est de Métula), que le matériel qui faisait route vers le Liban était - une fois n’est pas coutume, d’ordinaire il est iranien – originaire de Corée du Nord et que le convoi a été totalement anéanti.

 

Il nous semble évident que le message de Lieberman, qui a un peu le même tempérament et assurément la même culture que ceux de Poutine, n’était pas destiné à Bashar al Assad mais au Tsarévitch. Et puisqu’il est conscient que le président de toutes les Russies n’accorde d’attention qu’aux actes et non aux paroles, pour bien montrer qu’Israël continuera effectivement à survoler la Syrie lorsqu’elle le décidera, son Armée de l’air a procédé hier à l’élimination ciblée de Yasser A-Sayad, qui roulait dans son automobile sur la route menant du Golan à Damas. A-Sayad était un officier du groupe des Forces de Protection de la Patrie, une unité d’une vingtaine de combattants principalement formée de Druzes syriens, de commandos du Hezbollah et des Gardiens de la Révolution iranienne. Cette entité s’est spécialisée dans la préparation de coups de main dans le Golan israélien. Elle comptait dans ses rangs Djihad Mourgnieh, le chef militaire du Hezbollah, un général iranien et l’assassin libanais Samir Quntar, qui ont été éliminés à l’occasion d’opérations précédentes. Les Forces de Protection de la Patrie ne sont jamais parvenues à mettre en exécution l’un de leurs plans, en raison de l’élimination de ses chefs par Israël.

 

Ce matin (lundi), les chasseurs-bombardiers à l’étoile bleue ont à nouveau franchi la frontière en direction du Liban et de la Syrie. Pendant plus d’une heure, nous avons assisté à des mouvements incessants et très denses de ces appareils, alors que l’espace aérien civil du nord d’Israël avait été fermé.

 

Nous y voyons une nouvelle indication que les Hébreux ne craignent ni le contingent russe en Syrie, ni son système S-300. En fait, Tsahal pourrait détruire le port militaire russe de Tartous et les navires qu’il abrite, les deux aéroports de Lattaquié et tous les avions russes de la région en moins d’une heure, d’après Jean Tsadik. Mais notre camarade émet une mise en garde sévère sur les conséquences qu’entrainerait une confrontation ouverte avec la Russie, que tout le monde évite avec raison. "Ni Napoléon ni Hitler n’ont réussi à les vaincre, et ce n’est pas Netanyahu qui sera le premier à y parvenir", prévient notre spécialiste militaire.

___________________________________________________________

Vive tension militaire entre Israël et la Russie [Analyse] - Ména -
MA
Metula News Agency
 
|
lun. 20/03, 19:22
Vous
Boîte de réception
Vous recevez trop de messages de Metula News Agency ? Vous pouvez annuler votre abonnement

 

Metula News

Agency ©

 

La na est une agence d’analyse, de ré-information et de reportage de proximité

Copyright © 2017 Metula News Agency – Informations utiles en fin d’article

 

Nul n'a le privilège de toujours se tromper (Voltaire)

 

Pour s’acquitter du paiement de son abonnement à la na, cliquez [ICI]

 

Vive tension militaire entre Israël et la Russie (info # 012003/17) [Analyse]

Par Stéphane Juffa © Metula News Agency

 

Rien ne colle au sujet des divers narratifs ayant suivi les raids aériens conduits en Syrie par le Khe’l Avir dans la nuit de jeudi à vendredi derniers. De plus, la situation ne cessant de s’envenimer depuis lors, et les déclarations bellicistes faisant florès, cela amène les experts en stratégie de la Ména à faire des heures supplémentaires afin d’essayer d’y voir clair et de remplir ainsi notre fonction. Si cela ne suffisait pas, tout indique que le torchon brûle entre Moscou et Jérusalem, et qu’un affrontement limité entre les deux armées devient de plus en plus probable ; il est même possible qu’il ait déjà eu lieu.

 

Pourtant, M. Netanyahu était dans la capitale russe la semaine dernière pour y rencontrer M. Poutine et à l’issue de leur entretien, les choses paraissaient sous contrôle. Mais le Tsarévitch et son équipe dirigeante figurent parmi les gouvernements les moins fiables de la planète, ce que nous ont confirmé de vive voix la plupart des représentants des Etats occidentaux que nous côtoyons. Vladimir Poutine est capable de négocier une entente avec vous, un sourire chaleureux aux lèvres, pendant que, dans une autre salle, Lavrov est en train de préparer la livraison d’avions de chasse et de systèmes de missiles avec l’Iran ou la Syrie.

 

Commençons par décrire ce qui nous interpelle à propos du raid de vendredi. Nous n’avons que l’embarras du choix. Lors des opérations aériennes précédentes, l’Aviation israélienne avait tiré des missiles air-sol à bonne distance de ses cibles, le plus souvent à partir du Liban ou à la lisière de ce pays avec la Syrie, et les résultats ont chaque fois été parfaits.

 

 

 

Deux F-16 surmontés d’un F-15

 

Pourquoi, dans ces conditions, cette fois-ci, les appareils hébreux ont-ils profondément pénétré dans l’espace aérien des al Assad ? Quel objectif était suffisamment important et ne pouvait être détruit par les missiles pour justifier qu’on risquât la vie des équipages ?

 

D’autre part, dans les heures qui suivent les raids aériens de Tsahal, le chef de la Ména libanaise, Michaël Béhé, est toujours en mesure de décrire avec précision, le plus souvent avec photos et vidéos à l’appui, les cibles qui ont été visées. Béhé, grâce au réseau d’informateurs qu’il a développé dans la Beqaa libanaise et dans la région élargie de Damas, parvient chaque fois à obtenir des comptes rendus de témoins oculaires. Or cette fois-ci, néant. C’est à peine si ses contacts ont fait état de violentes explosions, mais sans parvenir à les situer géographiquement, ce qui signifie qu’elles ne se sont pas produites dans la zone de Damas et sa grande banlieue.

 

Jusqu’à maintenant, l’on sait, par l’intermédiaire du porte-parole de Tsahal uniquement, que plusieurs objectifs ont été attaqués, et que cela concernait des livraisons d’armes sophistiquées au Hezbollah, mais lesquels ?

 

Et pourquoi le porte-parole de l’Armée s’est-il fendu d’un communiqué alors que, depuis des années, il se refuse obstinément à commenter ce qui se déroule au-delà de nos frontières ? Nous lui avons naturellement posé la question, mais il n’a pas souhaité nous répondre.

 

Quid de cette histoire de missile sol-air intercepté par un Khetz au nord de Jérusalem, une information également transmise par le même porte-parole ? La totalité des confrères ont reproduit ce récit sans broncher et sans se poser de questions ; leur naïveté nous étonnera toujours.

 

Car s’il s’agit bien d’un missile S-200 ou équivalent, sa fonction, sa capacité à voler très haut, très loin et très vite – respectivement 40km, 300km et Mach 4 – le destine à intercepter un avion volant en direction de son objectif, non pas s’en éloignant. Le cas d’école étant un repérage radar d’un appareil au décollage ou se dirigeant vers sa cible ; lors, un missile de ce genre est lancé pour l’empêcher de l’atteindre. Mais les chasseurs-bombardiers à l’étoile de David se rendent plusieurs fois par jour aux confins septentrionaux d’Israël, et Damas n’a pas les moyens de savoir s’ils franchiront sa frontière ou non. Dans la logique, et si les Syriens possédaient des radars suffisamment sophistiqués pour repérer les appareils israéliens au décollage, ils devraient tirer cinquante S-200 quotidiennement et sur tout ce qui vole dans le ciel de Terre Sainte. Ce qui, à n’en point douter, occasionnerait une riposte immédiate de la taille d’une guerre, de la part des Hébreux.

 

Et, de toute façon, les radars syriens n’ont pas pu identifier ces avions sur le trajet aller, car ils volaient en rase-mottes, au point qu’ils ont failli arracher quelques tuiles du toit de la Ména. A cette altitude très inhabituelle, moins de cent mètres du sol, on n’aurait pas pu utiliser un Khetz pour abattre un missile, fait pour intercepter des objets en dehors de l’atmosphère terrestre.

 

Cette altitude de vol pose elle aussi une interrogation supplémentaire : pourquoi voler si bas ? Pourquoi réveiller en sursaut tous les habitants du Doigt de la Galilée, à Rosh Pina, Khatzor, Kiryat Shmona, Métula et sur le plateau du Golan ? Leur mission devait être réellement importante.

 

Nous avons une réponse au moins pour cette énigme : ce ne sont pas des Syriens que nos pilotes se cachaient, qui n’ont pas les capacités techniques de les voir venir, mais des Russes. Les Russes, qui disposent du système antiaérien avancé S-300, notamment embarqué sur leurs navires, dans le sud de la province de Lattaquié en Syrie.

 

Or, à Métula, on sait que les facultés de brouillage des Israéliens sont telles que les Syriens ne voient pas nos avions venir et n’ont pas même le temps de tirer des missiles sol-air lorsque leurs positions sont attaquées. Vendredi non plus, ils ne l’ont pas fait : pour protéger un site, on utilise des missiles à relativement courte portée – quelques dizaines de kilomètres au maximum -, afin de protéger les positions que l’on défend. Le but étant évidemment d’empêcher qu’elles ne soient attaquées et pas d’intervenir une fois qu’elles l’ont été.

 

Ce qui nous fait penser que les Russes et leur S-300 n’ont pas non plus vu nos appareils arriver, et qu’ils n’ont été avertis qu’une fois les frappes effectuées. Ensuite, pour marquer le coup, pour indiquer leur intention de se défendre, ils ont, soit tiré des missiles S-200 ou équivalents (il n’y a pas de grandes différences d’efficacité avec ceux, à longue portée, qui équipent le système S-300), soit ordonné aux Syriens de la faire. De toute façon, il ne fait aucun doute que des officiers russes encadrent physiquement les servants syriens des systèmes antiaériens qu’ils leur ont livrés. Tout comme il ne fait aucun doute que le régime syrien n’aurait pas lancé d’engins de ce genre sur Israël sans l’aval des officiers de Poutine.

 

Encore un fait étrange : on comprend bien que les S-200 ont été tirés en direction des appareils sur le chemin du retour, mais alors pourquoi l’interception par le Khetz a-t-elle eu lieu "au nord de Jérusalem" ? A ma connaissance – et je crois connaître tous les terrains d’aviation d’Israël – il n’existe pas d’aéroport dans cette région, pas plus qu’à proximité immédiate de la capitale de l’Etat hébreu.

 

Les avions qui ont participé à ces raids ont très probablement décollé (et atterri) de la grande base de Ramat-David, à proximité d’Afula, dans le nord du pays, à une centaine de kilomètres de Jérusalem.

 

Que faisait donc un S-200 à proximité de la capitale, à un moment où les participants au raid avaient déjà atterri ou étaient en train de le faire ? Mystère ! A notre avis, il n’a pu s’agir que d’une démonstration de force de la part de Moscou et d’un signe de sa volonté de ne plus laisser le Khe’l Avir intervenir en Syrie comme si c’était son pré carré.

 

Jean Tsadik, notre expert en armement, me fait remarquer que les S-200, ou leurs équivalents plus modernes, sont capables d’embarquer de grosses charges d’explosifs et même une petite bombe atomique, ce qui en fait une fusée qui n’est pas uniquement destinée à abattre des avions. Cequi renforce l’idée que l’intention du Kremlin consistait à envoyer un avertissement à Israël et non à tenter d’intercepter l’un de ses bombardiers.

 

Cette hypothèse se trouve encore étayée par la convocation, dès vendredi, de l’ambassadeur d’Israël à Moscou par le ministère russe des Affaires Etrangères, afin de "recevoir des explications" relativement au raid de la nuit. Sur le plan formel, cela a tout de même quelque chose de bizarre, à croire que c’est sur le territoire russe que les aéronefs hébreux sont intervenus, ou, à tout le moins, que Poutine a reçu un mandat de l’ONU pour faire le gendarme à Lattaquié, ce qui n’est pas le cas. C’est un peu comme si Jérusalem priait l’ambassadeur russe de venir s’expliquer sur l’occupation de la Crimée, de l’Abkhazie, de l’Ossétie du Nord ou de l’est de l’Ukraine. Mais le Tsarévitch foule les conventions de ses grosses bottes comme si elles n’existaient pas. A témoin, lors d’exercices en Méditerranée orientale, il avait tout simplement enjoint aux Libanais de cesser les vols commerciaux sur Beyrouth pendant 24 heures. Les Libanais avaient protesté mais avaient tout de même fermé l’aéroport Rafiq Hariri suivant la demande des Russes.

 

Et les Israéliens, tant que leur sécurité fondamentale n’est pas en danger, ont tout intérêt à ne pas affronter les Mig et les Soukhoï. Le problème étant qu’on approche de cette fameuse ligne rouge. Un ami, officier de la Marine israélienne, m’a aussi confié que plusieurs opérations en cours avaient dû être interrompues à cause de l’interposition de bâtiments de guerre russes.

 

Pour évaluer le risque de confrontation israélo-russe, il faudrait d’abord saisir ce qui s’est passé aux premières heures de vendredi dernier. Pourquoi 5 F-16 (c’est beaucoup) – Jean Tsadik, qui demeure tout près de Métula affirme qu’il en a vu 4 – assurément protégés par des F-15 en altitude, on fait du radada pour aller bombarder des cibles en Syrie. Notre hypothèse est la suivante : toutes les tentatives effectuées pour livrer des armes sophistiquées au Hezbollah à partir des aéroports de Damas se sont soldées par des attaques israéliennes qui ont non seulement détruit les chargements, mais également infligé de lourdes pertes et des dégâts conséquents à l’Armée gouvernementale.

 

Etant donné que la dotation du Hezbollah en missiles antiaériens et en missiles balistiques à courte portée participe d’une priorité élevée de l’axe Téhéran-Damas - à la fois pour contrôler le pays aux cèdres et pour, le cas échéant, ouvrir un nouveau front face à Israël -, ces deux alliés auraient changé de stratégie. A la place de faire transiter les envois par Damas, ils auraient tenté d’utiliser l’un des nombreux aéroports situés à plus d’une centaine de kilomètres au nord de la capitale. Ce faisant, ils obligeaient les Israéliens, d’une part, à exposer leur aviation loin de leurs bases, et non plus des drones ou des missiles. D’autre part, ils les forçaient à s’aventurer dans le secteur de vol réservé aux Russes d’après les traités officieux conclus entre Poutine et Netanyahu. Comme ils l’escomptaient, cela a généré de vives tensions entre eux, et forcé la main du Kremlin afin qu’il protège, contre son gré, les livraisons d’armes à la milice de Nasrallah.

 

En principe, d’après ce que nous supputons – et nous supputons pas mal, d’ordinaire – Jérusalem et Moscou se sont entendus pour que les appareils russes ne dépassent pas Damas vers le Sud, tandis que ceux du Khe’l ne franchissent pas la capitale syrienne en direction du Nord. Sauf que là, selon notre scénario, et pour maintenir la ligne stratégique impliquant qu’Israël intervient à chaque tentative de livraison de matériel sophistiqué au Hezb, Jérusalem a été contraint de contrevenir à l’accord avec Poutine, provoquant son irritation. De plus, nous sommes absolument certains que les Israéliens n’ont pas averti leurs homologues russes à l’avance de leur projet de raid. Ce, parce que nous ne le faisons jamais, même avec nos vrais alliés, afin de prévenir les fuites qui mettraient nos équipages en danger. En la matière, nous ne faisons confiance à personne.

 

Le régime syrien crie victoire. Non seulement il a annoncé avoir descendu un chasseur-bombardier arborant l’étoile à six branches et en avoir endommagé un second – s’il y a la moindre part de vérité dans cette affirmation, je suis le curé de Cucugnan, avec ou sans l’assentiment de Monsieur Daudet -, mais encore, qu’un changement radical était intervenu dans sa confrontation avec Israël.

 

Selon Bashar Jaafari, l’ambassadeur syrien aux Nations Unies, intervenant dimanche sur la télévision d’Etat, "la Russie a envoyé un message clair à Israël, lui indiquant que les règles du jeu ont changé en Syrie et que sa liberté d’action dans le ciel syrien était terminée". A en croire Jaafari, "l’ambassadeur israélien a été convoqué [au Kremlin] (…) et il lui a été catégoriquement signifié que ce jeu était terminé", ajoutant que l’utilisation de feu antiaérien contre Israël durant la nuit de jeudi dernier a modifié les règles du jeu, et que la Syrie ne resterait plus impassible face à la menace israélienne".

 

Moscou n’a pas commenté cette déclaration, mais Avigdor Lieberman en a fait une intéressante. Le ministre israélien de la Défense a ainsi précisé que "nous n’avons aucun intérêt à interférer dans la Guerre Civile syrienne, que ce soit en faveur ou contre Assad, et nous n’avons aucun intérêt à affronter les Russes. Notre problème principal concerne le transfert d’armes avancées de Syrie au Liban. C’est pour cela que chaque fois que nous identifions une tentative de contrebande d’armes qui pourraient changer les données du jeu, nous agirons pour la contrecarrer. Il n’y aura aucun compromis sur ce sujet", a insisté M. Lieberman.

 

Le ministre a complété son propos en précisant que "si Tsahal décide d’agir, il y a une bonne raison à cela", et, menaçant, "la prochaine fois, si la DCA syrienne intervient contre nos avions, nous la détruirons. Nous n’hésiterons pas, la sécurité d’Israël se situe au-dessus de tout le reste. Il n’y aura aucun compromis".

 

Nous avons principalement émis notre version des évènements par des recoupements d’informations. Reste qu’elle se trouve en adéquation avec tous les paramètres connus de cette affaire, notamment des rumeurs insistantes, stipulant que l’essentiel des frappes aériennes aurait eu lieu entre Homs et Palmyre (à 200km au nord-est de Métula), que le matériel qui faisait route vers le Liban était - une fois n’est pas coutume, d’ordinaire il est iranien – originaire de Corée du Nord et que le convoi a été totalement anéanti.

 

Il nous semble évident que le message de Lieberman, qui a un peu le même tempérament et assurément la même culture que ceux de Poutine, n’était pas destiné à Bashar al Assad mais au Tsarévitch. Et puisqu’il est conscient que le président de toutes les Russies n’accorde d’attention qu’aux actes et non aux paroles, pour bien montrer qu’Israël continuera effectivement à survoler la Syrie lorsqu’elle le décidera, son Armée de l’air a procédé hier à l’élimination ciblée de Yasser A-Sayad, qui roulait dans son automobile sur la route menant du Golan à Damas. A-Sayad était un officier du groupe des Forces de Protection de la Patrie, une unité d’une vingtaine de combattants principalement formée de Druzes syriens, de commandos du Hezbollah et des Gardiens de la Révolution iranienne. Cette entité s’est spécialisée dans la préparation de coups de main dans le Golan israélien. Elle comptait dans ses rangs Djihad Mourgnieh, le chef militaire du Hezbollah, un général iranien et l’assassin libanais Samir Quntar, qui ont été éliminés à l’occasion d’opérations précédentes. Les Forces de Protection de la Patrie ne sont jamais parvenues à mettre en exécution l’un de leurs plans, en raison de l’élimination de ses chefs par Israël.

 

Ce matin (lundi), les chasseurs-bombardiers à l’étoile bleue ont à nouveau franchi la frontière en direction du Liban et de la Syrie. Pendant plus d’une heure, nous avons assisté à des mouvements incessants et très denses de ces appareils, alors que l’espace aérien civil du nord d’Israël avait été fermé.

 

Nous y voyons une nouvelle indication que les Hébreux ne craignent ni le contingent russe en Syrie, ni son système S-300. En fait, Tsahal pourrait détruire le port militaire russe de Tartous et les navires qu’il abrite, les deux aéroports de Lattaquié et tous les avions russes de la région en moins d’une heure, d’après Jean Tsadik. Mais notre camarade émet une mise en garde sévère sur les conséquences qu’entrainerait une confrontation ouverte avec la Russie, que tout le monde évite avec raison. "Ni Napoléon ni Hitler n’ont réussi à les vaincre, et ce n’est pas Netanyahu qui sera le premier à y parvenir", prévient notre spécialiste militaire.

___________________________________________________________

Posté par ewilliam à 16:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Problèmes d'affichage ? Affichez cette newsletter dans votre navigateur. Nouvelle NewsLetter 2015Signer la pétition Accueil

Problèmes d'affichage ? Affichez cette newsletter dans votre navigateur.

 

Nouvelle NewsLetter 2015Signer la pétition

Accueil site JForum
inscription NewsLetter
 
Espace Publicité
Vayaq'hel - Peqoudei : ויקהל - פקודי
Shabbat haHhodesh החודש
Entrée : vendredi 24 mars 18h51
sortie : samedi 25 Mars 19h59

 

 

     
 
     
 
International
Les missiles du Hezbollah étaient Nord-Coréens©
Cliquer pour atteindre cet article
Cette cargaison, selon ces sources, comprenaient des missiles avancés nord-coréens.  Lire l'article entier
 
  Mar. 21 mars 2017  
 
     
 
Communauté
Un complot iranien contre Daniel Rouach, patron de la CCI-Israël©
Cliquer pour atteindre cet article
Le matériel vidéo et photographique montrait le campus de l'ESCP et divers (...)  Lire l'article entier
 
  Mar. 21 mars 2017  
 
     
 
International
Pays-Bas : les élections, Israël et les Juifs ©
Cliquer pour atteindre cet article
Son chef, Tunahan Kuzu a bénéficié d'une publicité internationale en refusant de (...)  Lire l'article entier
 
  Mar. 21 mars 2017  
 
     
 
Israel
Le Hezbollah dit s'être emparé d'un drone Israélien©
Cliquer pour atteindre cet article
Ces drones sont programmés pour s'écraser complètement en de telles circonstances (...)  Lire l'article entier
 
  Mar. 21 mars 2017  
 
     
 
Israel
Le missile syrien intercepté portait 200 kgs d'explosifs©
Cliquer pour atteindre cet article
Nos règles opérationnelles sont très claires à cet égard, neutraliser toute (...)  Lire l'article entier
 
  Mar. 21 mars 2017  
 
     
 
Israel
10 cas où l'expertise de l'eau d'Israël a aidé le monde©
Cliquer pour atteindre cet article
A l'occasion de la Journée mondiale de l'eau, ISRAEL21c donne 10 exemples (...)  Lire l'article entier
 
  Mar. 21 mars 2017  
 
 

 

 

 
     
 
International
Bras-de-fer israélo-russe : le Hezbollah se voit sur le Golan©
Cliquer pour atteindre cet article
Le mouvement Hezbollah-Al-Nojba, est constitué de 1.500 combattants irakiens (...)  Lire l'article entier
 
  Mar. 21 mars 2017  
 
     
 
International
La confiance russe dans le Hezbollah, dilemme d'Israël©
Cliquer pour atteindre cet article
La présence d'hélicoptères d'attaque russes et de Spetsnaz a donné confiance à (...)  Lire l'article entier
 
  Mar. 21 mars 2017  
 
     
 
Culture
Les Bâtisseurs du Temps
Cliquer pour atteindre cet article
L'oeuvre capitale d'Heschel sera bientôt rééditée, et le philosophe Hayoun la (...)  Lire l'article entier
 
  Mar. 21 mars 2017  
 
     
 
Culture
Levinas : une idée de Dieu
Cliquer pour atteindre cet article
Dieu et les conceptions qu’on est en mesure de s’en faire par le regard de Levinas  Lire l'article entier
 
  Mar. 21 mars 2017  
 
     
 
Israel
Un drone israélien liquide un chef de milice syrienne©
Cliquer pour atteindre cet article
"La prochaine fois que les Syriens utilisent leurs systèmes de défense (...)  Lire l'article entier
 
  Mar. 21 mars 2017  
 
     
 
International
Afrin : une base russe entraînera les YPG Kurdes©Vidéo
Cliquer pour atteindre cet article
En revanche, cette double-présence américaine et russe handicape fortement les (...)  Lire l'article entier
 
  Mar. 21 mars 2017  
 

 

 

 
     
 
International
Au moins 2 Pasdaran tués dans une attaque kurde©Vidéo
Cliquer pour atteindre cet article
L'Iran a mené des représailles en bombardant les bureaux du PDK-I près d'Erbil, (...)  Lire l'article entier
 
  Mar. 21 mars 2017  
 
     
 
France
"Nique la France", slogan contre "les violences policières"
Cliquer pour atteindre cet article
Nous demandons les applications de la loi envers les responsables des appels au (...)  Lire l'article entier
 
  Mar. 21 mars 2017  
 
     
 
France
Pour Benoît Hamon, le voile et la minijupe c’est pareil!
Cliquer pour atteindre cet article
Le député de Trappes et candidat aux présidentielles vient de développer sa (...)  Lire l'article entier
 
  Mar. 21 mars 2017  
 
     
 
France
A Sevran, les femmes accueillies partout à bras fermés
Cliquer pour atteindre cet article
Enquête de Marianne plusieurs mois après la diffusion par France 2 d'un reportage (...)  Lire l'article entier
 
  Mar. 21 mars 2017  
 
     
 
France
La France périphérique finira par faire basculer la présidentielle
Cliquer pour atteindre cet article
Selon Christophe Guilluy si le FN ne l'emportera peut-être pas en 2017 la France (...)  Lire l'article entier
 
  Mar. 21 mars 2017  
 
     
 
France
«La France se fait voler son élection présidentielle»
Cliquer pour atteindre cet article
C'est ce que déplore Mathieu Bock-Côté, pour qui l'élection présidentielle ne (...)  Lire l'article entier
 
  Mar. 21 mars 2017  
 
     

 

 

Accès au site JForum
vous inscrire à la NewsLetter
Soutenez JForum
Espace Annonceurs

Posté par ewilliam à 15:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 mars 2017

Bruxelles-Metula du 17 mars 2017 (021703/17) [Analyse radiophonique] © Metula News Agency L’analyse de Stéphane Juffa, au

 

Bruxelles-Metula du 17 mars 2017 (021703/17) [Analyse radiophonique]

© Metula News Agency

 

L’analyse de Stéphane Juffa, au micro de Jim Mosko, pour Bruxelles-Métula sur Radio Judaïca

 

Au sommaire de cette semaine https://youtu.be/0D0jFM76etw sur Youtube :

 

Raids de l’Armée de l’air israélienne, la nuit dernière en Syrie et au Liban, visant des convois et entrepôts d’armes sophistiquées destinées au Hezbollah.

 

La défense antiaérienne syrienne inefficace.

 

Un missile syrien de type S-200 (SA-5 pour l’OTAN), volant à 40km d’altitude et à Mach 4 intercepté et détruit par un Khetz dans l’est d’Israël.

 

C'est la première utilisation opérationnelle du Khetz, qui est désormais "testé au combat".

 

Après le tir d’un missile au-dessus du territoire israélien, le risque existe d’un embrasement de la confrontation avec le régime syrien.

 

 

Metula News

Posté par ewilliam à 08:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 mars 2017

Vous pouvez cliquer ici pour pour recevoir gratuitement la Lettre d'information hebdomadaire du Consistoire Israélite, Commun

 
 
Afficher dans votre navigateur
 
 
["Consistoire Israélite de Marseille"]
 
 
  FACEBOOK    |    SITE 
 
 
Paracha: TETSAVE - ZAKHOR
11 Mars 2017 - 13 Adar2 5777

Allumage : 18.19 | Sortie Chabbat 19.17
 
 
Cet  horaire vous est donné à titre indicatif.
Vérifiez la pratique dans votre Communauté. 
 
 
Le Consistoire Israélite de Marseille
vous souhaite de
Bonnes Fêtes de POURIM 
 
 
 
 
 
 
 
 
Wizo Marseille - après-midi ludique de POURIM 21 Mars
 
 
Ambulance Dons - Famille Sitruk
 
 
 
Pourim avec le Beth loubavitch
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
ORT Marseille
 
 
 
 
Pessah 5777 au Golden Tulipe Ville Massalia cacher Beth-Din de Marseille
 
 
Quinzaine de la culture Israélienne du 5 au 27 Mars 2017 à Marseille
 
 
 
 
Pituach by the sea
 
 
 
 
Agenda 5777 du Consistoire - Communauté Juive de Marseille.
 
 
HABONE No 192 - Novembre Décembre 2016
 
Haboné Numéro 192
 
Novembre - Décembre  2016
 
 
Bulletin d'information CACHROUT du Beth Din de Marseille
 
 
 
 
Horaires Chabbat CIM Breteuil Marseille
HORAIRES DE CHABBAT
 
Grande synagogue de Marseille.
 
Lire les horaires
 
 
Dvar Thora Grand Rabbin Ouaknin
 
Dvar Thora
Grand Rabbin Ouaknin
 
Ecouter le Dvar ››
Hevra Kadicha cim
 
Hevra Kadicha
Février 2017
 
Lire la Liste ››
 
 
 
 
 
Elya travel
 
 
 
 
Centre FLEG Causerie littéraire
 
 
Hilel Campus
 
 
 
 
 
 
 
CRAP 27 Mars 2017 - Judaïsme et libertés
 
 
Prix Seligman
 
 
 
LIMOUD MARSEILLE 30 Avril 2017
 
Ouverture des inscriptions au Gan Ami de Marseille
 
 
Yavne marseille
 
 
 
 
Restaurant l'Authenti'k Marseille
 
Restaurant l'Authenti'k
 
En savoir  plus ››
Ashdod café
 
Ashdod café
 
En savoir plus ››
SAREL Volontariat Israel
 
Albert 06-14-91-61-52
 
En savoir plus ››
 
 
 
 
 
CONSISTOIRE
 
 
Communauté Juive de Marseille
 
 
Cliquez ici pour nous contacter ››
 
 
facebook  
 
 
Consistoire Israélite de Marseille
117-119 rue Breteuil 13006 Marseille France
 
Cet email est envoyé à williamelbez@hotmail.fr
Vous recevez cet email parce que vous ètes enregistré au Consistoire Israélite de Marseille
Nous respectons votre vie privée.
 

Posté par ewilliam à 19:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


R.CHABAD.ORG Magazine Adar 11, 5777 · March 9, 2017 Un mot de la Rédaction :

R.CHABAD.ORG    Magazine
Adar 11, 5777 · March 9, 2017
Un mot de la Rédaction :

Joie à la demande

Chers amis,

Pourim arrive ! Le jour le plus joyeux du calendrier juif tombe ce samedi soir 11 mars et ce dimanche 12 mars. Ce jour-là, nous célébrons le salut miraculeux du peuple juif du décret d’extermination du méchant Haman et il nous est enjoint, entre autres, d’être joyeux. Rendez visite à n’importe quelle communauté juive à Pourim et vous rencontrerez des enfants et des adultes déguisés ou en habits de fête, souriant, dansant et célébrant.

Mais que se passe-t-il si vous n’avez pas envie d’être joyeux ? Que faire si vous n’êtes pas d’humeur ? Dans Sa sagesse, D.ieu nous a fait un grand cadeau. L’antidote à la tristesse est de se tourner vers les autres et de les aider. Se mettre soi-même de côté, ne serait-ce que pour quelques instants, afin d’aider quelqu’un d’autre, procure un sentiment de contentement et de bonheur et aide à améliorer votre mental et votre moral.

Il n’est pas surprenant que deux des quatre observances de Pourim impliquent d’aider les autres. L’un est mishloa’h manot, faire cadeau d’au moins deux aliments prêts à manger à une personne au minimum, et l’autre est matanot laévyonim, donner de l’argent à au moins deux personnes dans le besoin.

Alors, si vous n’avez pas envie d’être heureux, mettez-vous de côté, pensez à quelqu’un d’autre et éclairez sa journée.

Joyeux Pourim !

Chani Benjaminson
Au nom de l’équipe éditoriale de Chabad.org


Cette semaine Magazine imprimable
SAISONS DE L'ÂME
Est-ce d'actualité?
Si la Torah commande au peuple juif de livrer une guerre éternelle contre la nation d'Amalek, pourquoi ne cherchez-vous pas des Amalécites à tuer?
par Aron Moss
PARACHA
Exode 27, 20 - 30, 10
Deux frères, quatre fils, huit vêtements sacerdotaux, douze gemmes, un autel d'or - et la signification de tout cela d'après les sages et les mystqiues depuis Moïse jusqu'à nos jours
Le sens du jeûne du 7 Adar
Le lien profond entre le 7 Adar, jour de la naissance de Moïse, et la parachat Tetsavé
Le Rabbi de Loubavitch
Deutéronome 25, 17-19
"Souviens-toi de ce que t’a fait Amalek sur le chemin, à votre sortie d’Égypte..."
Pour une lecture éclairée de Samuel I 15,2-34‎
La haftarah raconte l’histoire d’une époque où Amalek fut presque éliminé, mais pas totalement.
par Mendel Dubov

Posté par ewilliam à 18:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 mars 2017

Pessah 2017 à Port Barcarès Du 10 au 19 Avril et 1/2 séjour



Kangourou Club
 

Pessah 2017 à Port Barcarès 
Du 10 au 19 Avril et 1/2 séjour

En Pension Complète Glatt Cacher

 
Pour plus d'informations, 
cliquez ici
Pessah 2017 à Port Barcarès

 

Résidence Vacances L'Estanyot ⋆⋆

à 2 mn de la plage
A partir de 810 euros / adultes


Appartements confortables de plein pied
Minimum 2 pièces avec logia privative & service hôtelier 
Salles privatisables pour groupes


Grande piscine chauffée  Aire de jeux  Terrain multisport  2 tennis Pétanque  Espaces vert  Bar  Wifi  Baby (paf) / Mini club de 2 à 14 ans gratuit  Sorties en car organisées (paf)


Glatt Cachère Rav Y.Berdugo avec kitniots 
Viandes Rav Cremisi / Rottenberg ou Strasbourg


Avec ou sans Kitniot  Sedarim collectifs ou Privatif pour groupes

 Soirées animées & Mimouna
Yves azoulay et l'artiste Byrone avec son "Blind Test Show"


 Le chanteur David Assaban ( oriental, hassidique ..)

 Offices et cours assurés par le Rav Ilan Fitoussi

 Conférences exceptionnelles de Léon Bendanan

Eté 2017 à Flaine  le Top 3 !

Animations-Activités gratuites-Restauration

 

- Restauration assurée par le Traiteur "Excellence", Sydney Azoulay

- Activités à la station gratuites pour tous avec le Pass Flaine

- Randonnées pedestres avec guide professionnel gratuites

- Initiation Krav Maga, Self defense

- Cours et séminaire "connaissance de soi" par le Rav Eliahou Haviv d'Israel

- Ambiance et animation assurée par Byrone et son Blind Test Show

- Hôtel Club Les Lindars confort 3 *** situé au centre de la station

- Rénové cette année

- Chambres communicantes pour familles

- Flaine, station sans voiture, parkings gratuits

- Et d'autres surprises ...

 La semaine à partir de 515 € par adulte

Tout sur www.kangourouclub.com


CONTACT:

Tel. : +33 (0)1 86 96 95 61


Contactez nous sur notre formulaire

Posté par ewilliam à 15:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 mars 2017

La France et l’antisémitisme musulman (info # 010603/17) [Analyse] Par Guy Millière © Metula News Agency

 

La France et l’antisémitisme musulman (info # 010603/17) [Analyse]

Par Guy Millière © Metula News Agency

 

La grave agression dont ont été victimes voici peu deux jeunes Juifs à Bondy en Seine Saint-Denis est venue rappeler que l’antisémitisme reste virulent en France, et peut expliquer pourquoi tant de Juifs quittent la France, année après année.

 

La France est devenue, comme d’autres pays d’Europe, un pays dangereux pour les Juifs. Et les Juifs y sont victimes d’un antisémitisme qui n’est quasiment pas combattu et qui continue à monter dans l’atmosphère, l’antisémitisme musulman.

 

A la différence de l’antisémitisme d’extrême droite, qui n’a pas disparu mais qui est largement dénoncé, l’antisémitisme musulman est tabou : nul n’ignore son existence, mais nul n’ose en parler, pas même les organisations censées lutter contre l’antisémitisme, à l’exception notable duBNVCA.  

 

L’antisémitisme musulman peut d’autant plus aisément continuer à gagner du terrain que, outre le fait qu’il n’est pas combattu, il dispose d’un grand nombre de compagnons de route : ceux qui se cachent derrière le masque de l’”antisionisme” et des critiques perfides et biaisées d’Israël. Plus globalement, cet antisémitisme remembre les divers adeptes de la cause “palestinienne”, qu’ils soient gauchistes ou qu’ils appartiennent à des franges en apparence plus “modérées” ; celles qui se déclarent hostiles au terrorisme islamique, mais font une exception lorsque le terrorisme islamique est “palestinien” et tue des Juifs israéliens.

 

L’antisémitisme musulman est tellement présent dans l’atmosphère en France que des antisémites musulmans peuvent être présentés comme des jeunes gens très sympathiques et très humanistes, jusqu’au moment où on découvre réellement qui ils sont. Et même en ce cas, certains leur trouvent des circonstances atténuantes ou acceptent des explications approximatives et enlisées dans le mensonge.

 

gam.jpg

No comment needed

 

L’un des antisémites musulmans correspondant à ce que je viens de décrire est le dénommé Mehdi Meklat, un blogueur de banlieue qui a connu une ascension fulgurante parmi les gens de la gauche française “bienpensante”. Il s’est trouvé présenté comme un “écrivain remarquable et ouvert” tant que nul n’avait lu les messages répugnants contre les Juifs, contre les femmes, contre les homosexuels, qu’il rédigeait en parallèle sur twitter et d’autres réseaux sociaux.

 

Un autre de ces antisémites musulmans est Houda Benyamina, cinéaste, César du meilleur premier film, encensée par toute la critique, décrite comme “admirable”, “inventive”, mais qui partage sur Facebook des dessins parus dans la presse du monde arabe où on recycle les thématiques deJe suis partout et du Stürmer [le "frappant"], de Julius Streicher, au temps d’Adolf Hitler.

 

Dois-je le dire ? Je crains fort que l’antisémitisme musulman s’installe à demeure dans l’atmosphère française parce que la gauche française “bienpensante” l’excuse, l’exonère, et parfois le partage. Parce que la droite française n’ose pas le condamner explicitement et nommément, et parce que les grands media français font comme s’il n’existait pas et comme si des cas tels ceux de Mehdi Meklat et de Houda Benyamina étaient marginaux, alors qu’ils ne le sont pas du tout. J’en parle par expérience, car avant de quitter la France, j’ai vécu dans des lieux où des gens “pensant” comme Mehdi Meklat et Houda Benyamina abondaient.

 

Quand Georges Bensoussan a cité les propos d’un sociologue algérien Smaïn Laacher, parlant de la transmission de l’antisémitisme de père en fils et de mère en fille dans les familles musulmanes, il avait raison, et Smaïn Laacher avait raison aussi. Georges Bensoussan a été assigné en justice pour avoir dit la vérité, ce qui est absolument honteux, mais significatif de l’état de la France aujourd’hui.

 

Les candidats de la gauche à la prochaine élection présidentielle, Benoit Hamon et Jean-Luc Mélenchon, jureront la main sur le cœur qu’ils ne sont pas antisémites, mais leurs prises de positions face à Israël et à la cause “palestinienne” montrent qu’ils sont hypocrites. Ce, car il n’est vraiment pas très difficile de voir que la propagande disséminée par l’Autorité Palestinienne, qu’ils soutiennent, est antisémite et incite à la haine des Juifs. Benoit Hamon et Jean-Luc Mélenchon, en soutenant l’Autorité Palestinienne, sont pour le moins complices d’antisémites, et donc coupables d’antisémitisme.

 

Emmanuel Macron est un candidat à géométrie variable selon l’auditoire, donc il peut être antisémite et philosémite selon qui l’écoute et selon le sens du vent, mais cela signifie qu’il peut être aussi antisémite que Jean-Luc Mélenchon et Benoit Hamon lorsqu’il s’agit pour lui de racoler les électeurs de ces derniers.

 

Marine Le Pen dirige un parti dont les pires antisémites ont été éliminés mais où il reste des antisémites, où on ne parle strictement jamais d’antisémitisme musulman, et où on peut soutenir des décisions essentiellement antisémites telles le vote de la résolution 2334 des Nations Unis, adoptée le 23 décembre dernier, avec l’assentiment du gouvernement socialiste français.

 

François Fillon pourrait apparaitre comme le moins antisémite des candidats, et comme le plus à même de combattre l’antisémitisme musulman, mais nombre de propos qu’il a tenus sur la communauté juive et sur Israël montrent que ses idées sont loin d’être claires sur ce plan, et que tout en prétendant vouloir combattre l’islamisme, il ne parlera pas de l’antisémitisme musulman. S’il devait être remplacé par Alain Juppé au pied levé, ce ne serait pas mieux, au vu des liens qu’entretient Alain Juppé avec des organisations islamiques.

 

Pas un seul jour ne passe sans que les grands media français, qui font comme si l’antisémitisme musulman n’existait pas, ne fassent allégeance à celui-ci par le biais d’un reportage hideux et mensonger sur Israël ou les “Palestiniens”. 

 

L’explication à tout cela est simple : tout politicien, pour être élu en France à une position importante, ne peut se passer désormais de l’électorat musulman, et les tendances démographiques montrent que cela va devenir de pire en pire dans les années à venir (un article d’Yves Mamou pour le Gatestone Institute, un centre de recherche basé à New York dont je suis membre est édifiant sur ce point, et dit ce qui ne se dit pas en France.

 

Ladite France, depuis la mise en œuvre de la sinistre “politique arabe de la France”, a pris certaines orientations et en est désormais prisonnière. Les grands media français discernent dans quel sens souffle le vent, et n’ont aucun mal à sentir qu’il souffle plutôt en direction de la oumma, et pas en direction des Juifs de diaspora.

 

Quel que soit le président qui sera élu dans deux mois en remplacement de François Hollande, il sera complice, compagnon de route, ou idiot utile de l’antisémitisme musulman, à l’instar des grands media français.

 

Sammy Ghozlan, courageux fondateur et directeur du BNVCA, un homme pour qui j’ai une amitié fraternelle, disait il y a quelques années aux Juifs de France, “mieux vaut partir que fuir”. Je n’ai cessé de lui donner raison, avec beaucoup de tristesse.

 

 

Posté par ewilliam à 18:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 mars 2017

KAGOUROU CLUB -

["kangourou club"]
 
 
 
Derniéres chambres pour un Pessah au bord de la mer sans se ruiner. Demandez le programme ! 
 
Tarif adulte 920 €*       Family plan pour 4: 2560 € !*     4 adultes : 810 € chacun !!*
 
Bouton
 
 
Tel 04 88 91 60 54 
 
Envoyé par
SendinBlue
 
 
© 2017 kangourou club
 

Posté par ewilliam à 11:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 février 2017

LeMondeJuifVuPar... c'est 50 sites d'actualités sur les Juifs et Israel dans le Monde. View this email in your browser

LeMondeJuifVuPar... c'est 50 sites d'actualités sur les Juifs et Israel dans le Monde.
View this email in your browser
Dans cette Édition du 26 Feb 2017 :

La magie Houdini, plus vivace que jamais

Source : JPost By Rédaction le 26 Feb 2017
La magie Houdini, plus vivace que jamais

Les choses ne se passent pas toujours aussi bien pour l’artiste. Il y a deux ans, alors qu’il effectuait le numéro en direct à la télévision italienne, il a fini avec quelques os brisés.

Lire la suite de l'article

share on Twitter Like La magie Houdini, plus vivace que jamais on Facebook

154 parlementaires demandent à Hollande que la France reconnaisse « l’Etat de Palestine »

Source : Tel-Avivre By celine le 26 Feb 2017
154 parlementaires demandent à Hollande que la France reconnaisse « l’Etat de Palestine »

154 députés et sénateurs français de tous bords politiques demandent à François Hollande la reconnaissance de l’Etat de Palestine.

Lire la suite de l'article

share on Twitter Like 154 parlementaires demandent à Hollande que la France reconnaisse « l’Etat de Palestine » on Facebook

Front commun

Source : JPost By Noa Amouyal le 26 Feb 2017
Front commun

L’ancienne diplomate est convaincue qu’Israël et la France ont beaucoup à partager au regard de leur expérience malheureuse du terrorisme.

Lire la suite de l'article

share on Twitter Like Front commun on Facebook

Le devoir de mémoire passe à présent par la bande dessinée Par Bely

Source : Tel-Avivre By celine le 26 Feb 2017
Le devoir de mémoire passe à présent par la bande dessinée Par Bely

Depuis quelques jours déjà et jusqu’au 30 octobre prochain, nouvelle approche, nouvelle accroche, le Mémorial de la Shoah accueille en son sein une exposition « Shoah et bande dessinée », une nouvelle façon de témoigner d’un évènement sans précédent… Témoigner de la Shoah, un devoir de mémoire qui ne peut se permettre la moindre faute de goût, le moindre manquement au respect le plus absolu ou seulement pourrait y faire accroire…

Consciente du caractère tout à fait particulier du phénomène « Shoah », la bande dessinée, après moult tâtonnements, quelques erreurs de jeunesse obligatoires, a fini par maîtriser son sujet, mieux, a su mettre en lumière quelques responsables (coupables ?) de coups de crayons « géniaux » !

Lire la suite de l'article

share on Twitter Like Le devoir de mémoire passe à présent par la bande dessinée Par Bely on Facebook

Fausse nouvelle : mode d’emploi

Source : JPost By Rédaction le 26 Feb 2017
Fausse nouvelle : mode d’emploi

Fausse nouvelle : mode d’emploi

ByMICHELE MAZEL

February 26, 2017 16:47

Face aux informations erronées qui pullulent sur le Web, la prudence est de mise

Hoax, terme anglais qui désigne un canular.

Lire la suite de l'article

share on Twitter Like Fausse nouvelle : mode d’emploi on Facebook

L’heure de la sentence

Source : JPost By Yonah Jeremy Bob le 26 Feb 2017
L’heure de la sentence

L’heure de la sentence

ByYonah Jeremy Bob

February 26, 2017 16:18

Le soldat Elor Azaria a été condamné à une peine de 18 mois de prison

Le soldat Elor Azaria entouré de sa famille.

Lire la suite de l'article

share on Twitter Like L’heure de la sentence on Facebook

Les Etats-Unis pourraient se retirer du Conseil des droits de l’homme qu’ils jugent trop partial vis à vis d’Israël

Source : Tel-Avivre By celine le 26 Feb 2017
Les Etats-Unis pourraient se retirer du Conseil des droits de l’homme qu’ils jugent trop partial vis à vis d’Israël

26 février 2017 |

Les Etats-Unis pourraient bientôt se retirer du Conseil des droits de l’homme des Nations unies qui siège à Genève, a indiqué samedi le site d’information Politico.

Lire la suite de l'article

share on Twitter Like Les Etats-Unis pourraient se retirer du Conseil des droits de l’homme qu’ils jugent trop partial vis à vis d’Israël on Facebook

Gaz et pétrole israéliens en Méditerranée…quelques données

Source : Coolamnews By Redaction de CoolAmNews le 26 Feb 2017
Gaz et pétrole israéliens en Méditerranée…quelques données

Beicip Franlab Conseil a évalué le potentiel énergétique des sites explorés à 6,6 millions de barils de brut et de 2137 milliards de m3 de gaz.

Lire la suite de l'article

share on Twitter Like Gaz et pétrole israéliens en Méditerranée…quelques données on Facebook

Olivier Sauton: « en cas de déportation, je mettrais les juifs en 1ère classe »

Source : JSS By JSS le 26 Feb 2017
Olivier Sauton: « en cas de déportation, je mettrais les juifs en 1ère classe »

Publié le : 26 février 2017

Après l’affaire Mehdi Meklat, après celle des César, l’association « Memorial 98 contre le racisme et l’antisémitisme » a révélé, que le comédien Olivier Sauton dissimulait ses liens passés avec Dieudonné M’Bala M’Bala.

Lire la suite de l'article

share on Twitter Like Olivier Sauton: « en cas de déportation, je mettrais les juifs en 1ère classe » on Facebook

Huissiers de justice : des règles différentes pour les Juifs ?

Source : Jforum By Solange Hendi le 26 Feb 2017
Huissiers de justice : des règles différentes pour les Juifs ?

Officiers ministériels, les huissiers de justice constituent des auxiliaires de justice incontournables. Ils s’avèrent un rouage essentiel dans la ruine et la spoliation des Français juifs par un « gouvernement des juges » antisémite.

Lire la suite de l'article

Posté par ewilliam à 19:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]